Vue des sompteux plafonds de la bibliothèque du château de Fontaibleau ©pexels-Skymax

Protéger le château de Fontainebleau du plomb et de l’amiante

18 juil. 2022 - 2 min

Célèbre notamment pour sa Cour des Adieux, le château de Fontainebleau incarne plusieurs moments clefs de l’Histoire de France. Aujourd’hui, c’est Bureau Veritas qui contribue à son avenir via différentes missions de sauvegarde.

Trente-quatre rois, deux empereurs, 800 ans d’histoire. Le château de Fontainebleau, à 70 km au sud-est de Paris, est l’un des sites les plus prestigieux du patrimoine français. Désormais musée, il aura été particulièrement marqué par les aménagements effectués par François 1er dès 1528 puis par le statut de palais impérial conféré par Napoléon 1er après la Révolution. Fontainebleau abrite d’ailleurs l’unique salle du trône encore conservée en France.

Face aux risques liés à l’amiante et au plomb, ce site a aujourd’hui besoin d’être sauvegardé et contrôlé très régulièrement. C’est ce que fait Bureau Veritas, avec Sébastien Bartlet, chargé d’affaire diagnostic immobilier chez Bureau Veritas. Celui-ci intervient par le biais d’un marché public d’accord-cadre, contracté avec le service de maîtrise d’ouvrage de l’établissement public du château de Fontainebleau. Il est en contact régulier avec Alexandre Quinzan, conducteur d’opérations à la direction des bâtiments et des jardins du château.

À lire aussi :

« Je travaille surtout sur la rénovation des fenêtres (le château en compte 1782 !), précise Sébastien Bartlet. Pour la plupart très anciennes, elles ne peuvent pas être remplacées car il y a des caractéristiques patrimoniales à respecter. Il faut donc les poncer et les repeindre. Cela exige de protéger les ouvriers qui réalisent les travaux car les peintures d’origine avaient une forte teneur en plomb. Le cas échéant, il faut confiner la zone concernée pendant les travaux pour éviter une dispersion du plomb tout autour. Ma mission consiste à tester la teneur en plomb avant puis après les travaux. Puis je transmets mes tests à un laboratoire et rédige un rapport auquel sont annexés les résultats du laboratoire. »

C’est le même process que suit Bureau Veritas pour ses diagnostics amiante, moins réguliers et moins fréquents mais tout aussi importants. Ils concernent d’anciens logements de fonction ou des bureaux, réaménagés dans les années 1970, à une époque où le recours à l’amiante était très fréquent. Un travail de fond pour assurer la bonne conservation de ce joyau du patrimoine français.

Besoin d'une information ?
Cliquez-ici