Différents produits alimentaires - produits laitiers, miel, oeufs, vin, compote de pommes, chocolat, etc. - de la marque "C'est qui le patron" disposés sur une botte de paille.

C’est qui le patron ?! : Comment fonctionne cette marque créée pour et par les consommateurs ?

15 jan. 2021 - 2 min

La marque ‘C’est qui le patron ?!’ permet aux consommateurs de définir les caractéristiques des produits qu’ils veulent retrouver en magasin. Pour faire preuve de transparence sur les conditions de production, la qualité des produits ou encore le niveau de rémunération des producteurs, la marque a fait appel à Bureau Veritas pour construire des cahiers des charges solides et auditer les démarches mises en place. Explications.

Redonner du pouvoir aux citoyens dans la grande distribution : c’est le pari tenté - et réussi - par « C’est qui le patron ?! ». Créée en 2016, par Laurent Pasquier et Nicolas Chabanne, cette marque repose sur un principe simple : permettre aux consommateurs de s’impliquer de manière concrète dans leurs achats, en réalisant collectivement le cahier des charges d’un produit et en le faisant ensuite fabriquer sur mesure pour le vendre au juste prix.

Portrait de Nicolas Chabanne, co-fondateur de la marque 'C'est qui le patron ?!'

« C’est qui le patron ?! » : la marque des consommateurs !

Des questionnaires disponibles en ligne sont ainsi soumis avant le lancement de chaque produit pour en déterminer les contours. L’initiative collective, qui a démarré avec la vente d’une brique d’un litre de lait, concerne aujourd’hui une trentaine de marchandises (produits laitiers, saucisses, sardines, farine, vin, œufs, pâtes…), avec plus de 3 000 producteurs soutenus partout en France et plus de 10 000 sociétaires engagés dans la démarche. Les grandes lignes directrices décidées lors de l’élaboration d’un produit doivent ensuite être traduites et formalisées par des engagements cohérents et… vérifiables. C’est précisément la mission de Bureau Veritas, qui accompagne « C’est qui le patron ?! » depuis sa création.

Lire aussi:

Bureau Veritas : une entreprise à vocation sociétale

« D’abord, notre rôle consiste à reprendre un-à-un les critères votés par les sociétaires sur un produit défini, identifier ensuite les modalités de production et élaborer enfin un plan de contrôle pour chacune de ces modalités afin de réaliser les audits des filières » explique Marjorie Deconinck, responsable d’affaires chez Bureau Veritas, coordonnant l’ensemble des missions des filières pour ‘C’est qui le patron ?!’

L’aide à la rédaction de cahiers des charges par un tiers indépendant comme Bureau Veritas est un atout indéniable, tout comme l’apport de compétences pour des contrôles très techniques, comme c’est le cas en matière de traçabilité. « C’est qui le patron ?! » définit les contours des produits, en recueillant les avis et les votes de ses sociétaires. Les éléments de rémunération et le prix de vente conseillés sont quant à eux définis par l’enquête faite auprès des consommateurs… L’apport d’une entreprise tierce partie est précieux !

À titre d’exemple, s’il est décidé que, pour le lait qui sera utilisé dans un produit, les vaches doivent avoir bénéficié préalablement à la traite de 3 mois de pâturage, il s’agira de vérifier que les producteurs ouvrent des surfaces et des quantités en herbe suffisantes pour les animaux. Ces subtilités nécessitent d’être prises en compte en amont, pour respecter la philosophie de la démarche.

L’intérêt d’avoir des cahiers des charges minutieux, d’écrire ce qui est attendu, de se donner les moyens de suivre les préconisations est évident. Ici, Bureau Veritas dispose d’une mission essentielle dans le bon fonctionnement de la démarche.

Un engagement : rassurer les clients et les sociétaires

« Parmi les valeurs de ‘C’est qui le Patron ?!’, il y a la co-construction, la bienveillance et la transparence. C’est-à-dire que nous devons fournir aux consommateurs et aux sociétaires les informations indiquant que les caractéristiques des produits correspondent effectivement à celles votées ou choisies » résume Laurent Pasquier, cofondateur de l’entreprise, très attaché au respect des engagements. Chaque produit, chaque filière bénéficie de fait d’un système de double contrôle : un contrôle du cahier des charges mené par Bureau Veritas, et un contrôle par les sociétaires, réalisé de visu. Sur les questions de vérification de rémunération (fixée à 39 centimes d’euro pour le litre de lait par exemple), Bureau Veritas vérifie le contrat et les factures ; les sociétaires vont quant à eux discuter avec les éleveurs afin de savoir s’ils ont bien été payés du montant prévu, et si celui-ci est suffisant pour vivre correctement et investir.

La présence de Bureau Veritas sur de nombreuses filières agroalimentaires en France mais aussi à l’étranger a été un atout pour C’est qui le patron ?! Lors de la création d’une démarche sur le cacao et les tablettes de chocolat, l’implantation du spécialiste en Côte-d’Ivoire a permis d’avancer rapidement sur le dossier, et d’éviter de multiplier les intervenants. « Il y a une véritable complémentarité entre nous » souligne Laurent Pasquier. Aujourd’hui, l’ensemble des filières développées par la marque collective sont concernées par la démarche, et vérifiées par Bureau Veritas. Lancée fin 2016, l’aventure de C’est qui le patron ?! représente à ce jour 240 millions de produits vendus dont 192 millions de litres de lait équitables distribués. « Notre rôle, c’est de s’assurer que l’histoire racontée est vraie. Il n’y aurait rien de pire que de se rendre compte que les engagements annoncés ne se traduisent pas dans la réalité » abonde Emmanuel Audoin, responsable innovation agro chez Bureau Veritas ; a fortiori dans le contexte actuel généralisé de défiance en matière d’alimentation. 

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici