Depuis le « Dieselgate », la Commission européenne a sérieusement repensé les tests anti-pollution obligatoires avant tout lancement de véhicule.

Pollution automobile : ces tests « anti-dieselgate » garantissent des véhicules plus verts

15 jan. 2020 - 2 min

Depuis le « Dieselgate », la Commission européenne a sérieusement repensé les tests anti-pollution obligatoires avant tout lancement de véhicule. Les contrôles se déroulent désormais hors des laboratoires, en conditions réelles. Accompagné par Bureau Veritas, Groupe PSA pousse la démarche encore plus loin…

Le scandale du « dieselgate » a jeté le doute sur un certain nombre de constructeurs, suspectés de s’arranger avec la réalité en matière de pollution automobile.

ONG et pouvoirs publics se sont immédiatement saisis du dossier avec une volonté : changer les règles du jeu. La Commission européenne a ainsi imaginé une nouvelle norme, la RDE, pour Real Driving Emission. Publiée en 2017, elle sera pleinement applicable en 2020. « Tous les constructeurs se préparent à ce nouveau test qui, comme son nom l’indique, sera basé sur des conditions réelles avec des mesures réalisées en conduite normale : en ville, sur autoroute, dans les embouteillages,… » : explique Eric Chabault, Chef de service - Evaluation Technique de Fournisseurs, Bureau Veritas.

Lire aussi:

Les véhicules testés seront équipés du boîtier PEMS (Portable Emission Measurement System), un ensemble de capteurs externes qui mesureront les émissions de gaz polluants dans les différentes situations d’utilisation. Cette norme RDE est d’ores et déjà obligatoire pour les mesures du CO, CO2, NOx, ainsi que les particules de taille actuellement mesurables. Par la suite, elle pourrait le devenir pour les particules les plus fines.

Au-delà des exigences

Pour restaurer la confiance des consommateurs et prouver son engagement à réduire la nocivité de ses modèles, Groupe PSA positionne le curseur encore plus loin. Avec l’aide de Bureau Veritas, le constructeur a mis au point un protocole de mesure des émissions en usage réel, avant l’entrée en vigueur de la norme, plus exigeant que la réglementation. Un protocole mis au point avec les ONG T&E et FNE, qui a d’ailleurs remporté le prix européen « ECOBEST 2017.

« Le principe : être dès maintenant encore plus en phase avec la réalité que RDE, explique Eric Chabault. Une voiture ne roule pas toujours à 120 km/h sur autoroute. En lien avec l’ONG France Nature Environnement, nous avons donc défini un parcours fixe, représentatif des différentes conditions de circulation : 80 km répartis entre villes, routes et autoroutes. Et comme la température influe sur les émissions, nous avons donc retenu une plage de 5°C à 25°C pour réaliser ces essais. »

Groupe PSA laisse à Bureau Veritas un accès complet aux données recueillies pour les analyser. A l’improviste, des auditeurs sont aussi autorisés par la direction du Groupe à se présenter dans une usine et désigner au hasard une voiture sur laquelle ils effectueront le test. Les experts de Bureau Veritas posent systématiquement des scellés pour s’assurer qu’aucune modification ne sera effectuée sur le véhicule cible : par exemple la pression des pneus, qui influe énormément sur la consommation de carburant. « Bureau Veritas certifie que ces tests sont menés dans des conditions scientifiquement valables et non truquées ». Plus de 6 000 scellés ont déjà été posés pour réaliser plus de 600 tests.

La Commission européenne a fait savoir qu’elle ferait régulièrement évoluer la norme RDE pour l’adapter à la réalité et aux connaissances scientifiques. De la même manière, Groupe PSA ajustera son protocole avec Bureau Veritas pour donner aux consommateurs des indications toujours plus justes sur les émissions réelles de ses voitures.

*
CO = Monoxyde de carbone
CO2
= Dioxyde de carbone
NOx = Oxyde d’azote

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici