Lumière bleue : les bons réflexes pour se protéger des écrans

Lumière bleue : les bons réflexes pour se protéger des écrans

17 déc. 2019 - 2 min

Ordinateurs, tablettes, smartphones… Avec la multiplication des écrans, nous sommes de plus en plus exposés à la lumière bleue dont les effets peuvent être néfastes pour la santé, notamment visuelle. Heureusement, il existe des gestes simples pour s’en protéger.

Si on parle beaucoup de la lumière bleue ces derniers temps c’est parce qu’on la retrouve dans notre quotidien. Présente naturellement dans la lumière du jour, cette partie du spectre lumineux peut aussi avoir des effets nocifs, principalement sur les yeux. En effet, tous nos écrans et de nombreuses sources lumineuses fonctionnent désormais avec ces diodes électroluminescentes à LED. Cette nouvelle source de lumière artificielle est devenue un sujet d’inquiétude pour certains. « Les éclairages LED consomment bien moins d’énergie qu’une ampoule classique à filament, explique Siegfried Lenglart, responsable de service inspection chez Bureau Veritas. Mais, leur multiplication nous expose aux rayonnements optiques artificiels, particulièrement à la lumière bleue. »

« Au sein de l’Institut de la Vision à Paris, les chercheurs [Essilor] ont mis en évidence les mécanismes par lesquels des dommages sont causés à l’œil et plus précisément aux cellules rétiniennes. Ils ont aussi identifié, dans le spectre lumineux, quelles sont les longueurs d’ondes nocives pour l’œil, du fait de son exposition répétée et cumulative, au fil des jours et des années, à la lumière bleu-violet », rappelle Thierry Villette, Directeur R&D Sciences et Partenariats chez Essilor, le leader des verres ophtalmiques.

Lire aussi:

C’est cette lumière bleu-violet (précisément dans les longueurs d’onde entre 415 et 455 nm) qui agit en effet comme un facteur oxydant sur nos cellules, et concrètement, accélère le vieillissement de la rétine, ce qui en fait un des facteurs de risque de la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) parmi d'autres (l'âge, la génétique, l'alimentation, le tabac etc).

Dans de nombreux environnements professionnels, les salariés vivent désormais les yeux rivés sur un écran. Plus largement, c’est toute la population qui est concernée : les Français passent en moyenne 6 heures par jour devant un écran et même 8 heures pour 30 % de la population. Un enfant né aujourd’hui aura passé, à l’âge 80 ans, 18 ans, jour et nuit, devant un écran, selon le fabricant de lunettes anti-lumière bleue Edie & Watson

Des seuils à ne pas dépasser

Or il a récemment été démontré qu’une exposition importante à la lumière bleue peut avoir des répercussions négatives sur notre santé et notre bien-être. « Une exposition prolongée à la partie bleue peut endommager la rétine (bleu-violet), provoquer des fatigues oculaires mais aussi des maux de tête ou encore, si trop de bleu-vert le soir, des troubles du sommeil », met en garde Mustafa Azbagh, responsable technique du laboratoire rayonnements de Bureau Veritas. C’est pourquoi il existe un cadre règlementaire qui s’impose aux entreprises et définit les seuils d’exposition à ne pas dépasser en terme de durée d’exposition mais aussi en terme d’intensité lumineuse.

Pour vous assurer que vos salariés ne sont pas exposés au-delà des seuils recommandés, les spécialistes de Bureau Veritas peuvent se rendre dans les entreprises pour effectuer toute une série de mesures. « L’objectif est d’évaluer les risques et de déterminer où l’exposition à la lumière bleue est la plus importante », précise Mustafa Azbagh.

Une fois les risques identifiés, l’équipe de Bureau Veritas accompagne ses clients pour réduire l’exposition des collaborateurs à la lumière bleue en proposant des solutions concrètes.

 « Dans le cadre d’entreprises tertiaires, il suffit souvent de changer l’organisation des espaces de travail de façon très simple, précise-t-il. Une solution peut consister à placer des filtres sur les écrans des ordinateurs ou sur toute autre source de lumière. Autre possibilité : agir directement sur la source. « La solution peut être tout simplement de changer la source lumineuse, de modifier son orientation ou encore de baisser son intensité. D’autres solutions sont également envisageables », conclut Mustafa Azbagh.

Pour protéger ses yeux : quelques conseils… et porter des lunettes tout simplement !

Impossible d’éviter complètement les écrans, mais veillez à garder un certain équilibre en modérant leur usage. L’idéal est de ne pas avoir le nez collé sur l’écran, mais de laisser entre vos yeux et celui-ci 40 cm de distance de lecture.

Vous pouvez aussi vous autoriser des pauses régulières, histoire de reposer vos mirettes ! Connaissez-vous la règle des 20-20-20 ? Cette méthode consiste à reposer ses yeux au moins toutes les 20 minutes, en fixant pendant 20 secondes un objet situé à 20 pieds (soit 6 mètres) de soi !

« Vérifiez bien aussi que les verres ont un filtrage sélectif, c’est-à-dire qu’ils protègent vos yeux des longueurs d’ondes lumineuses néfastes pour la rétine, tout en laissant passer la lumière bleu turquoise, bénéfique : l’organisme en a besoin dans la journée pour réguler son rythme circadien, nos cycles éveil/sommeil, mais doit l’éviter le soir. » explique Thierry Villette, d’Essilor.

ET le sommeil ?

Oui, la lumière bleue a aussi un impact sur le sommeil : en regardant des écrans tard le soir, leur lumière bleue « leurre le cerveau » puisqu’elle émet les mêmes longueurs d’onde que le soleil quand il fait jour. Elle trouble le rôle de la mélatonine, une hormone naturelle produite en fin de journée et qui favorise l’endormissement. Aussi, pour ne pas dérégler notre cycle biologique, mieux vaut laisser de côté toutes sortes d’écran au moins une heure avant le coucher. 

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici