Les drones révolutionnent le métier de l’inspection

Les drones révolutionnent le métier de l’inspection

18 nov. 2019 - 2 min

Les drones transforment notre pratique de l’inspection de bâtiments et de structures, en particulier lorsqu’ils sont difficiles d’accès. L’expert drones de Bureau Veritas, Valentin GIRAUD, nous présente ce nouveau métier.

Qu’il s’agisse de pylônes, de toitures, de cuves ou encore d’espaces confinés les drones changent la donne et facilitent le travail des inspecteurs et experts en matériaux. En hauteur, dans des endroits confinés, ils présentent d’importants gains de sécurité.

S’ils relèvent parfois du gadget pour le grand public, pour les professionnels de l’inspection et du contrôle, les drones sont bien plus que cela. Dans le contexte de l’inspection, ils sont une paire d’yeux supplémentaires pour l’inspecteur, capables d’accéder à des structures élevées en peu de temps ou de se faufiler dans des espaces exigus. Valentin Giraud a créé l’activité drones au sein de Bureau Veritas au printemps 2018. Aujourd’hui, il est le spécialiste national de cette activité.

Vue aérienne capturée par un drone d'un site industriel et de la vallée environnante

 

Une passion qui devient un métier

Acousticien de formation – c’est d’ailleurs en cette qualité qu’il entre à Bureau Veritas en 2014 – c’est par passion qu’il intègre le monde de l’aviation. « En 2018, j’ai proposé à Bureau Veritas de mettre en application mes compétences en tant que pilote d’avion privé et de pilote de drone, pour les associer aux métiers de la sécurité qui font partie des champs d’expertise de l’entreprise. »

Lire aussi :


Concrètement, le drone a de multiples usages dans le cadre de l’inspection. Grâce à la prise de vue et à un travail de photogrammétrie – une technique qui permet de reconstituer des modèles 3D à partir d’images en 2D – on peut recréer une maquette numérique d’un bâtiment. Et dans le cadre de l’inspection in situ, le drone vient épauler l’humain.

Diminuer les coûts et les risques

Valentin Giraud donne l’exemple du travail d’inspection effectué sur le téléphérique Vanoise Express, qui relie Les Arcs à La Plagne. Tous les 15 ans, la structure du téléphérique doit subir une grande inspection. Jusqu’ici, cette opération nécessitait l’intervention de cordistes, un travail long et fastidieux, tout en maîtrise des risques : il faut inspecter au total 12 faces des quatre tours que compte le téléphérique en suspension à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol. Cette année, pour la première fois, un drone a été utilisé. « Avec le drone, cette inspection des 12 faces a duré au total 5 heures et demie, là où des cordistes n’auraient dans ce laps de temps pu travailler que sur une ou deux façades. »

Dans le contexte de l’inspection d’une cuve, un drone de petite taille pourra s’y faufiler, là où jusqu’à présent, un  inspecteur devait péniblement s’y hisser.

Ce travail d’inspection via drone se fait systématiquement en binôme : la réglementation actuelle interdit au télé-pilote de drone de quitter son appareil des yeux, afin qu’il soit en permanence sous maîtrise. C’est pourquoi le télé-pilote est accompagné d’un expert technique, qui observe en direct sur un écran les structures inspectées.

« Dans le cadre de l’inspection des tours du téléphérique Vanoise Express, le diagnostiqueur, expert des structures en béton, était équipé d’un casque de réalité virtuelle qui lui permettait de voir les images filmées par le drone en direct. Je scannais les façades et, dès qu’il repérait quelque chose, il me demandait d’approcher du détail, pour l’observer avec plus de précision et en prendre une photo. C’est un vrai travail en binôme. »

Un métier en plein développement

De plus en plus d’entreprises proposent aujourd’hui des services de prise de vues à l’aide de drone. Cependant, très peu d’entre elles associent cet acte technique à une véritable expertise d’inspection, avec des retours précis et des plans d’actions associés mis en œuvre rapidement par le client, comme le propose Bureau Veritas. Le but des prestations proposées par Valentin Giraud et son équipe est bien de fournir rapidement un rapport détaillé de l’inspection, avec mise en évidence claire des défauts.

« La technique est récente, conclut Valentin Giraud. Elle continue d’évoluer, de mûrir, pour répondre toujours mieux aux demandes et aux défis de nos clients. De nouvelles prestations liées au drone vont bientôt voir le jour. » L’inspection effectuée par drone n’en est donc qu’à ses balbutiements. Une affaire à suivre.

CloudPix 4Dmapper BV Drone

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici