Impact environnemental : de A à E, le nouveau classement des produits L’Oréal pour aider ses clients

Impact environnemental : de A à E, le nouveau classement des produits L’Oréal pour aider ses clients

5 sep. 2020 - 2 min

Consommation d’eau, production de gaz à effet de serre, matériaux utilisés pour le packaging… L’Oréal s’est engagé dans un vaste projet de mesure de l’impact environnemental de ses produits, sur l’ensemble de leur cycle de vie. La démarche s’appuie sur une méthode élaborée par des scientifiques et des experts indépendants. Bureau Veritas se porte garant de son application pour fournir des informations transparentes aux consommateurs.

Première marque de shampooing en France, Garnier est aussi la première marque de L’Oréal à appliquer ce nouvel engagement Développement Durable du Groupe. « Il nous semblait pertinent de débuter par les produits les plus consommés, estime Clémence Gosset, Head of Consumer Information. D’autant que les shampooings appartiennent à la catégorie des produits « rincés », c’est-à-dire ceux dont l’impact environnemental est le plus fort lors de l’utilisation. »

Désormais, des nouvelles informations apparaissent sur les descriptifs de chaque produit sur le site de la marque Garnier. A l’image des « nutri-score » pour l’alimentaire ou de l’étiquette énergie pour l’électro-ménager, L’Oréal a fait le choix de positionner ses produits sur une échelle de 5 lettres, de A à E – A désignant ceux ayant le plus faible impact environnemental de leur catégorie.

Un impact mesuré sur tout le cycle de vie

Tout commence en 2013 avec le lancement du premier programme Développement Durable du Groupe. Objectif affiché d’ici 2020 : améliorer la performance sociale et environnementale de l’ensemble des produits de ses 36 marques et informer les consommateurs du profil environnemental de chacun.  « Une ambition très forte pour l’époque, rappelle Clémence Gosset. Nous étions les premiers à nous engager dans une telle démarche. Notre premier travail aura été d’élaborer une méthode ».

Pour cela, un comité de scientifiques indépendants a travaillé avec les chercheurs de L’Oréal. La réflexion aboutit en 2016 à la création de l’outil SPOT (Sustainable Product Optimization Tool). Le principe : prendre en compte tous les grands facteurs d’impacts environnementaux qui font autorité au sein de la communauté scientifique : émission de CO2, impact sur l’eau, sur l’utilisation des ressources, sur la biodiversité,… Chaque produit doit ensuite être analysé pour mesurer son empreinte sur chaque item, tout au long de son cycle de vie : culture des matières premières, transport, déchets produits lors du recyclage, jusqu’au CO2 utilisé pour chauffer l’eau de la douche nécessaire au lavage des cheveux dans le cas d’un shampooing !

Accréditer le sérieux du score

Toutes ces mesures aboutissent au calcul d’un score d’impact environnemental global, qui agrège l’ensemble des données. Pour valider la méthode de calcul et s’assurer d’un recueil des informations sans aucun biais, L’Oréal a fait le choix de s’appuyer sur Bureau Veritas, un organisme tiers indépendant. Ses auditeurs viennent vérifier que la méthode scientifique est parfaitement respectée et que les calculs sont correctement menés pour apporter une information fiable aux consommateurs.

Car c’est sur la base de ce score global contrôlé par Bureau Veritas que sont élaborés les classements des produits sur l’échelle de A à E. Elle permet de comparer les références du groupe L’Oréal d’une même catégorie entre eux. Par exemple, avec un shampooing Garnier noté A, le client aura la certitude d’acheter l’un de ceux ayant le plus faible impact environnemental de sa catégorie. « Avec plus d’un milliard et demi de clients dans le monde, nous avons la conviction que la somme des actions individuelles pourra générer d’importants effets » estime Clémence Gosset. D’autant que le Groupe ne s’arrête pas là.

Contribuer à réduire l’impact environnemental

« Forts de ces connaissances, nous avons travaillé dès 2017 à l’amélioration de nos produits d’un point de vue environnemental, tout en préservant leurs qualités. Cela amène à des évolutions très concrètes, par exemple des recharges pour remplir à nouveau ses flacons, des changements dans le packaging pour améliorer sa recyclabilité, voire des modifications dans la formule même du produit, en s’appuyant sur la chimie verte ou en utilisant des matières premières d’origine renouvelable et  que nous sourçons via des approvisionnements responsables, comme par exemple le beurre de karité au Burkina Faso, l’huile et la poudre de noyau d’argan au Maroc.

Le processus d’amélioration continue, initié par le Groupe, n’en est qu’à ses débuts. Progressivement, l’intégralité des marques afficheront leur score de performance environnementale, toujours audité par Bureau Veritas, garant de la rigueur, du sérieux et de la crédibilité de la méthode. Ce même score sert de base aux chercheurs et aux ingénieurs du Groupe pour proposer des évolutions et des nouveautés qui réduiront encore l’impact environnemental des produits L’Oréal avec pour finalité de permettre au consommateur d’opérer un choix éclairé en lui proposant une information précise et facile d’accès.

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici