« H2 risk safety training academy » : la formation de référence sur le risque Hydrogène

« H2 risk safety training academy » : la formation de référence sur le risque Hydrogène

5 avr. 2022 - 2 min

Co-animée par Bureau Veritas, Engie, TotalEnergies et l’Ensosp (École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers), la première session de formation aux risques de l’hydrogène s’est déroulée le 3 février à Aix-en-Provence. Trente acteurs ou futurs acteurs de la filière ont pu en bénéficier. Le prochain rendez-vous est fixé au 19 mai.

« À écouter certains commentateurs, il peut se dégager l’impression que l’hydrogène est quelque chose de nouveau… mais ce n’est pas le cas ! C’est une molécule connue depuis des décennies notamment dans le domaine industriel, explique Clément Poutriquet, directeur du développement hydrogène au sein de Bureau Veritas France. En réalité, la révolution, c’est son utilisation massive en dehors du domaine industriel vers des applications grand public, dont les projets sont portés par des sociétés ou des collectivités qui ne sont pas encore acculturées à ces risques ».

En effet, le potentiel de l’hydrogène comme vecteur d’énergie est aujourd’hui énorme. Sa production massive, par électrolyse couplée à des énergies renouvelables, permet de stocker les surplus d’électricité produits et de disposer d’hydrogène considéré comme renouvelable. Son utilisation dépasse largement le traditionnel domaine industriel auquel il était jusqu’ici cantonné. Cet hydrogène renouvelable pourrait révolutionner la mobilité avec la décarbonation de la mobilité lourde ou intensive de demain, comme les camions, des trains ou des flottes de taxis.

La France, consciente des enjeux stratégiques que représente l’hydrogène – tant pour la transition écologique qu’en termes de souveraineté – a décidé d’investir près de 10 milliards d’euros d’ici 2030 dans la filière. Objectif ? Faire de l’Hexagone l’un des leaders mondiaux de production d’hydrogène décarboné. « Mais pour faire en sorte qu’une filière puisse se développer, il faut également accompagner la montée en compétence des personnes qui vont la constituer » pointe Clément Poutriquet, à l’origine de formations dédiées à tous ces futurs acteurs de l’hydrogène.

À lire aussi :

Une formation pour les professionnels de demain

Pour cette formation, Bureau Veritas s’est associé à deux grands acteurs industriels, Engie et TotalEnergies, qui portent un important projet de production et d’utilisation d’hydrogène vert (projet Masshylia) sur le site de la bio raffinerie de de La Mède. Autre partenaire : l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, qui travaille sur la filière hydrogène depuis des années.

Une première session s’est déroulée le 3 février dernier sur le site de l’ENSOSP à Aix-en-Provence. Et si la matinée a été centrée sur la théorie (qu’est-ce que l’hydrogène ? quels sont ses risques ? quels retours d’expérience et d’accidentologie avons-nous ? quelles sont les contraintes réglementaires ?), les 30 participants ont pu passer à la pratique dès l’après-midi grâce au concours des sapeurs-pompiers qui les ont emmenés sur leur lieu d’entraînement. « Les pompiers de l’Ensosp, l’école nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, sont capables de recréer des flammes de GPL ou d’hydrogène : en plus d’être très impressionnant, cela ancre dans le réel la théorie vue le matin même, détaille Clément Poutriquet. Une flamme d’hydrogène est très difficile à détecter car elle est presque invisible et génère peu de chaleur. Elle représente un danger majeur ».

    Au plus près du réel

    « Lorsque j’ai su que la formation était co-animée par des industriels tels que Total et Engie, je me suis dit : on va être dans l’opérationnel, se souvient Luc Poyer, Président de McPhy, fabricant européen d’électrolyseurs et de stations hydrogène. Et je n’ai pas été déçu ! Je suis par nature sensibilisé aux problématiques de sécurité de l’hydrogène, sans pour autant être un expert dans ce domaine. La formation a été particulièrement inspirante et marquante. Voir les pompiers éteindre un feu d’hydrogène, littéralement invisible, et avancer avec une caméra thermique vaut tous les discours ! Savoir que la flamme d’hydrogène est invisible est une chose, l’éprouver en est une autre. La sécurité est une valeur fondatrice chez McPhy. Notre culture HSE et les process opérationnels déployés dans toute l’organisation sont en phase avec les réalités du terrain, auxquelles il est bon de se confronter régulièrement. Face aux risques encourus, tous les acteurs qui gravitent autour de la filière hydrogène devraient participer à cette formation. »

    Cette session d’une journée vise à acculturer PDG, ingénieurs, chefs de projet ou encore élus aux dangers liés à l’hydrogène « gaz qui a la particularité d’être facilement explosif, rappelle Clément Poutriquet. Il ne s’agit pas de faire peur, mais de faire prendre conscience des risques de ce gaz et de sensibiliser à la réglementation qui l’entoure pour créer une culture commune autour des métiers de l’hydrogène ».

    À l’issue de la journée, les participants sont soumis à un test pour valider leur acquis et obtenir une certification délivrée par Bureau Veritas. Prochaine formation le 19 mai à Aix-en-Provence, réservez ici ! Une session en anglais est également au programme au mois d’octobre 2022.

    La formation a été particulièrement inspirante et marquante. Voir les pompiers éteindre un feu d’hydrogène, littéralement invisible, et avancer avec une caméra thermique vaut tous les discours ! Savoir que la flamme d’hydrogène est invisible est une chose, l’éprouver en est une autre.

    Luc Poyer Président de McPhy, fabricant européen d’électrolyseurs et de stations hydrogène

    Besoin d'une information ?
    Cliquez-ici