Comment l’office du tourisme de Marseille s’est converti à la RSE avec la certification ISO 20121

Comment l’office du tourisme de Marseille s’est converti à la RSE avec la certification ISO 20121

13 jan. 2022 - 2 min

L’office de tourisme de Marseille vient d’être certifié ISO 20121 pour valider les efforts entrepris en matière de responsabilité sociale et environnementale. Cette démarche doit aussi agir comme un levier auprès des professionnels du tourisme et de l’évènementiel, qui font face à une clientèle toujours plus attentive aux engagements en matière de développement durable.

En novembre dernier, l’office métropolitain de tourisme et des congrès de Marseille a été certifié ISO 20121 par Bureau Veritas. Cette norme mondiale dédiée aux « systèmes de management responsable appliqués à l’activité événementielle », a été créée juste avant les Jeux Olympiques de Londres, il y a 10 ans.

Elle permet d’intégrer de manière beaucoup plus avancée et structurée le développement durable en matière de tourisme et d’organisation d’évènements, dans une logique d’amélioration continue. À Marseille, la récente labellisation du Parc Chanot et du Palais des Congrès, où se déroulent de nombreux salons et évènements, a agi comme un aiguillon pour l’office du Tourisme, qui a voulu à son tour entrer dans cette démarche et obtenir sa certification en quelques mois.

« Grâce au binôme Estelle Lebris, responsable du service RSE et Emilie Burle du Parc Chanot, nous avions déjà mis en place et anticipé une partie des attentes. Mais Bureau Veritas nous a apporté une méthodologie. Il y avait une démarche intuitive, et de ce fait nous avons pu aller beaucoup plus loin » témoigne Maxime Tissot, directeur général de l’office métropolitain de tourisme et des congrès de Marseille.

Dans les faits, cette certification concerne le fonctionnement du service, avec une démarche sur la récupération des déchets, l’utilisation d’ampoules Led ou tous les dispositifs permettant de limiter la consommation d’énergie ou de favoriser le recyclage. Cela passe également par la limitation des impressions de documents lors des réunions, ou la collaboration avec des partenaires labélisés FSC pour le papier ou le bois. Et au-delà de ces évolutions propres à l’office de tourisme, l’enjeu est aussi d’élargir ces démarches vertueuses auprès des partenaires du secteur de l’évènementiel et plus largement des opérateurs de tourisme, pour montrer les efforts entrepris en matière d
'éco-responsabilité et de limitation de l'empreinte carbone.

À lire aussi 

Orienter le tourisme vers des démarches plus responsables

Directeur général chez Office Métropolitain de Tourisme de Marseille

L’auditeur de Bureau Veritas a remarqué l’implication de la direction et de la présidence. C’est un point très important pour nous. Quant à nos motivations, elles reposent sur une démarche à la fois citoyenne et commerciale.

Maxime Tissot Directeur général chez Office Métropolitain de Tourisme de Marseille

L’objectif de l’office marseillais est, petit à petit, de diffuser les bonnes pratiques vers les professionnels. En termes de visibilité, le logo de la certification va être apposé sur les documents, et la communication autour de cette démarche est prévue. « L’auditeur de Bureau Veritas a remarqué l’implication de la direction et de la présidence. C’est un point très important pour nous. Quant à nos motivations, elles reposent sur une démarche à la fois citoyenne et commerciale » explique le directeur général.

Car la norme ISO 20121 a été élaborée pour promouvoir une consommation responsable et atténuer les effets négatifs de l’évènementiel, quels qu’ils soient. Le développement de cette norme permet de créer des passerelles entre les organisations, et dans ce cas précis, les collectivités qui accueillent les événements et les touristes en maîtrisant l’impact social, économique et environnemental.

Un effet d’entraînement pour les professionnels du tourisme

Et parallèlement à cette démarche, l’office de tourisme s’inscrit dans une démarche vertueuse plus vaste. « Si nous voulons montrer l’exemple, il faut que cela commence par nous-mêmes. Voilà pourquoi nous faisons des efforts, pour ensuite demander à nos partenaires de s’engager dans une voie plus responsable » explique Maxime Tissot, en égrenant les autres initiatives, comme celle menée avec certains hôtels qui ont été labélisés « clé verte », un éco-label hôtelier.

Tous ces travaux doivent anticiper les demandes du public, ou permettre de travailler sur la transition énergétique. Autant de mesures qui doivent avoir un effet d’entrainement pour proposer un tourisme beaucoup plus orienté vers le développement durable. Ceci permettra de distinguer Marseille parmi d’autres destinations qui n’auraient pas entrepris tous ces travaux.

Besoin d'une information ?
contactez-nous