cycle economie circulaire

Economie circulaire : du projet à l'action

LE TEMPS DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE EST VENU

Enjeux climatiques, prise de conscience citoyenne, évolution législative...C’est le bon moment pour inscrire votre organisation sur la voie de l’économie circulaire. À condition de maitriser les enjeux de ce nouveau modèle et de respecter certaines étapes indispensables à son déploiement.

En juin 2021, l’historique « Conseil national des déchets » (fondé 20 ans plus tôt) est devenu le « Conseil national de l’économie circulaire. » Plus qu’un changement sémantique, ce nouveau nom de baptême en dit long sur la volonté́ politique naissante d’imposer un nouveau modèle de production et d’organisation en France.

Economie circulaire : loi AGEC, plan France Relance

La notion d'économie circulaire s'impose aujourd'hui comme un défi incontournable pour toutes les organisations. La raison en est double. D'abord l'urgence climatique dont nous avons, malheureusement, encore eu l'occasion de mesurer les conséquences ces derniers mois à travers de violentes catastrophes naturelles (inondations, vagues de chaleur...). Mais aussi par l'évolution toujours plus ambitieuse de la réglementation et des politiques environnementales. En France, la loi anti-gaspillage de février 2020 imposera par exemple, dès 2022, un diagnostic produits équipements matériaux déchets (PEMD) avant tout projet de démolition ou de grande rénovation d'un bâtiment.
Dans le même temps, la Loi Climat et résilience - définitivement votée en juillet 2021 – ambitionne de réduire largement les déchets ménagers en favorisant par exemple la vente en vrac et la consigne pour nos produits du quotidien.
Enfin, le plan France Relance lancé par l'État français en réponse aux conséquences de la crise sanitaire, dédie près de 30 milliards d'euros à la transition écologique.

Seconde vie des déchets, les filières s’organisent

réduction et tri des déchets

Dans un modèle d’économie circulaire, le déchet devient une nouvelle matière pour poursuivre le cycle de production. Dans le cadre actuel, la première action est de réduire la part de déchet produite et d’améliorer la qualification des déchets par :
- Le tri : avec un renforcement des obligations de tri (tri séparé, dispositifs de contrôle)
- La sortie du statut de déchet pour des matières comme le bois, les terres ou sédiments, sous réserve du contrôle d’un tiers.
Lire le livre blanc pour connaître les nouvelles approches

Anti-gaspillage alimentaire

Pour l’alimentation, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (loi AGEC) prévoit de lutter contre le gaspillage alimentaire. Plusieurs approches existent déjà̀ pour agir sur le comportement (se servir la juste assiette) ou sur les produits utilisés. 
Découvrir l'exemple de la restauration scolaire

réemploi dans le secteur du bâtiment

Du côté du bâtiment, grand producteur de déchets, le secteur s’organise pour favoriser le réemploi de ses matériaux et équipements. Malgré́ les obstacles techniques et économiques, les mentalités évoluent. Avec 42 millions de tonnes de déchets produits par an, le secteur tricolore du bâtiment génère trois fois plus de résidus que les ordures ménagères des Français. Pire, parmi cette masse de déchets et gravats issue de la déconstruction et de la démolition, seulement 1 % sont aujourd’hui réemployés. Alors que 10% des matériaux pourraient l’être ! 
Un constat qui pousse aujourd’hui l’ensemble du secteur à se mobiliser sur la voie du réemploi des matériaux, et donc de l’économie circulaire.
Comment Bureau Veritas et ses partenaires s'impliquent pour le réemploi
 

Adopter un modèle de production circulaire

Cet ouvrage vous aidera à mieux comprendre les enjeux de l'économie circulaire, à envisager des scénarii d'action, mais aussi à découvrir le degré d'avancement d'autres filières que la vôtre, comme le secteur du bâtiment ou des déchets. 
Trouver la voie d'une croissance véritablement durable est un défi. Bureau Veritas vous accompagne sur le sujet de l’économie circulaire en partageant des exemples concrets de mise en place chez Michelin ou chez l’Oréal et en précisant les différents cadres normatifs.
Nos équipes sont sur le terrain, pour trouver des solutions et accompagner ce changement de modèle de production, en partenariat avec des associations (comme le Booster du réemploi ou Circolab) qui boostent la réflexion sur ce sujet.