Plan serré sur des mains pressant un tube de crème solaire sur fond de grand ciel bleu d'été

Composition des crèmes solaires bio : comment sont protégés les consommateurs ?

14 mai. 2021 - 2 min

L’industrie cosmétique porte un soin particulier au choix des ingrédients utilisés dans la composition des crèmes solaires bio. Bureau Veritas accompagne les fabricants dans la traçabilité de leurs produits afin d’apporter les meilleures garanties à leurs clients.

Eau, alcool, filtre solaire de synthèse ou minéraux, corps gras : une crème solaire est composée en moyenne d’une quinzaine d’ingrédients avec des variations importantes d’une marque à l’autre. Pas facile de s’y retrouver pour le consommateur qui souhaite acquérir une protection solaire bio. Aussi, se fier au référentiel Cosmos1 est un gage de qualité et de sérieux pour évaluer la composition d’une crème solaire. « Pour les crèmes solaires bio, Cosmos fait partie des certifications les plus utilisées dans le monde et le consommateur peut facilement l’identifier sur le packaging des produits », explique Claire-Marie Lefebvre, responsable d'affaires Cosmétiques chez Bureau Veritas.

Pour les fabricants, c’est un moyen sûr de rassurer les consommateurs. « Pour nos clients, COSMOS est la garantie que toutes les matières premières utilisées dans nos crèmes solaires sont certifiées bio ou conformes au référentiel et que le produit respecte un cahier des charges rigoureux », souligne Laëtitia Couix, responsable R&D chez LCB Cosmétique. Basée près de Montpellier, l’entreprise fabrique et commercialise deux marques de crèmes solaires, Ylaé, vendue en magasins bio et Oxalia, commercialisée dans les instituts de beauté.

À lire aussi

Plus de 22 000 produits certifiés

Afin d’obtenir la certification Cosmos, les crèmes solaires doivent respecter un cahier des charges très précis.

« La signature Cosmos est une garantie apportée aux consommateurs leur permettant de faire confiance aux produits cosmétiques biologiques et naturels. A ce jour, plus de 22 000 produits à travers 70 pays portent notre signature », peut-on lire sur le site de l’association internationale indépendante à but non lucratif Cosmos-standard AISBL, à l’origine de la certification. Le référentiel Cosmos1 couvre en détail tous les aspects de l'approvisionnement, de la fabrication, de la commercialisation et du contrôle des produits cosmétiques.

Lorsque les experts se rendent dans nos usines, ils vérifient par exemple que les zones de stockage sont conformes

Laëtitia Couix responsable R&D chez LCB Cosmétique

Concrètement, comment ça se passe ?

Cosmos propose deux signatures de certifications pour les produits cosmétiques : Cosmos Organic ou Cosmos Natural. Les deux signatures ont en commun de garantir l’usage de produits naturels. Dans le cas des crèmes solaires, elles ne peuvent contenir plus de 2 % de greffons pétrochimiques - partie de molécule dérivée du pétrole – et ne doivent utiliser que des filtres solaires minéraux. Mais seule la signature Cosmos Organic garantit que le produit contient les pourcentages requis d’ingrédients biologiques. En effet, selon le cahier des charges, au moins 95% des agro-ingrédients transformés physiquement (huiles végétales, huiles essentielles, beurre de karité…) doivent être « bio » et au moins 20% du total des ingrédients certifiables contenus dans le produit doivent être bio.

Une certification en deux étapes

Pour s’assurer que ces critères très précis sont bien respectés, le processus de certification est divisé en deux étapes.

  1. Les experts de Bureau Veritas procèdent d’abord à une validation documentaire.

Concrètement, le fabricant doit leur transmettre la composition précise de la crème solaire et fournir les détails relatifs à chaque ingrédient (fiche technique, certificat bio…). Tout est passé à la loupe, y compris la composition de l’emballage des crèmes solaires. « Nous étudions aussi la composition de l’emballage du produit pour nous assurer qu’il est conforme aux exigences du référentiel ou encore que le fabricant n’utilise pas des suremballages inutiles », souligne Claire-Marie Lefebvre.

2. Si ce premier test est positif, les experts se rendent ensuite sur le site de fabrication de la crème solaire au minimum une fois par an.

« Lorsque les experts se rendent dans nos usines, ils passent tout au crible, explique Laëtitia Couix. Ils vérifient par exemple que les zones de stockage sont conformes, c’est-à-dire que les matières premières bio et non bio ne sont pas en contact, que les produits utilisés pour nettoyer les machines sont écologiques et ils peuvent aussi vérifier que la liste des ingrédients est bien conforme à celle que nous leur avions communiquée ».

« Si nous avons relevé des irrégularités majeures, nous indiquons au fabricant qu’il doit mettre en œuvre des actions correctives dans les trois mois suivants. Un audit supplémentaire à l’issue de ces trois mois peut avoir lieu pour vérifier que les mesures ont bien été appliquées. Nous pouvons également prendre une décision de déclassement sur tout produit non conforme » précise Claire-Marie Lefebvre.

Bureau Veritas accompagne les entreprises cosmétiques cherchant à valoriser leur choix d’ingrédients naturels ou bio. A l’approche de l’été, le logo caractéristique COSMOS peut aider à choisir sa crème solaire en toute confiance.

1 Ce référentiel est géré par l’association internationale indépendante à but non lucratif Cosmos-standard AISBL, basée à Bruxelles.

Besoin d'une information ?

Cliquez-ici